Finance personnelle, nous voilà Le Graal des 4%

Nous apprenons petit à petit les secrets de l’indépendance financière, qui comprennent une bonne dose de finance personnelle. Le principe de base : se constituer un capital qui va générer suffisamment de revenus chaque année pour en vivre correctement. Mais sans toucher à ce capital, car l’objectif est de pouvoir passer de très nombreuses années en « retraite anticipée » – ou du moins, bien loin du métro/boulot/dodo contraint et forcé. Attention donc à ne pas se retrouver sans un sou à un moment donné!

Il faut ainsi trouver des placements qui rapportent à long terme, et suffisamment diversifiés pour ne pas trop s’exposer aux inévitables fluctuations économiques. Un nombre d’or que l’on retrouve dans certaines publications est de pouvoir générer annuellement 4% (net d’impôts et inflation déduite). Autant dire qu’il va falloir se retrousser un peu les manches! Mais c’est tout à fait possible quand on raisonne à horizon 15 à 20 ans. Et même avec une approche non spéculative – et c’est d’ailleurs fortement recommandé à la plupart d’entre nous qui ne sommes pas des experts (si experts il existe en ce domaine…).

Un autre point important est d’anticiper correctement ses besoins financiers une fois à la « retraite ». A titre d’exemple, Mr et Mme Money Mustache vivent confortablement dans une maison du Colorado avec leur enfant pour 24.000$ par an, assurance santé, dons à des associations et vacances à Hawaï incluses. Évidemment cela suppose un peu de frugalité (à ne pas confondre avec le manque), et la capacité à faire des choses par soi-même (tel que réparer sa maison, vidanger sa voiture…). Chaque année, ils arrivent même à diminuer ce chiffre sans avoir l’impression d’en souffrir, bien au contraire! La frugalité appelle la frugalité et procure la satisfaction d’être aussi heureux avec moins.

À l’heure actuelle, en partant du principe d’être propriétaire d’un (petit) logement, nous évaluons nos besoins à 2000/2500€ par mois. Notre objectif est d’arriver à réduire cette cible à mesure que nous progressons dans notre démarche. Certains paramètres structurants seront à définir, tel que notre point de chute une fois « libérés ». Une vie parisienne serait sans doute plus coûteuse mais nous permettrait de rester proche de la famille et de nombre d’amis.

En résumé, il va donc falloir étudier très sérieusement les problématiques de finance personnelle, qui ne sont pas simples. Mais le challenge est motivant et l’objectif d’indépendance financière en vaut sans conteste la peine!

mr big cat

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *