Le rêve d’une vie différente

La vie est injuste et cette injustice frappe dès la naissance. Nous ne choisissons pas l’environnement dans lequel nous naissons, ni les parents qui nous accueillent.

J’ai la chance d’être née au bon endroit, en France, désirée par des parents aimants. Ils ont fait leur maximum pour que j’ai toutes les chances d’être heureuse. Le maître mot de mon père était: « garde toutes les options ouvertes le plus longtemps possible ». Je me souviens que lorsque j’ai annoncé à mes parents que je souhaitais être fleuriste, ils m’avaient répondu que c’était une très bonne idée et je pourrai réaliser mon rêve après avoir fait une école d’ingénieur en agronomie.

J’ai donc un métier dans lequel je m’épanouis, grâce auquel je peux voyager et qui est plutôt lucratif. Mais voilà, ce job m’occupe beaucoup et me laisse peu de temps pour profiter de mes enfants ou avoir des activités extra-professionnelles. Lorsque mon fils aîné a commencé à parler, il m’a appelé « Papa » pendant plusieurs mois puisque celui-ci était nettement plus disponible pour lui (pour cause, je ne le voyais que le week-end car je partais trop tôt le matin et rentrais trop tard le soir). A la naissance de mon second fils, je me suis promise que l’histoire ne se reproduirait pas. Aujourd’hui, il commence à parler et même si mon homme est toujours aussi présent pour nos enfants, notre second nous appelle tous les deux « Maman ». Yes !!!

Que s’est-il donc passé dans ma vie? J’ai rejoins une entreprise qui propose des conditions de travail flexibles. Tous les jours à 17h, quoiqu’il arrive, je quitte mon bureau et je vais chercher mes enfants à la crèche et à l’école. Je m’occupe d’eux jusqu’au coucher et me re-connecte si besoin ensuite.

Je suis fière d’avoir réussi à franchir ce pas mais régulièrement, je me dis que ce n’est pas suffisant.

En général, quand nous arrivons à la maison, je me précipite pour préparer le repas, faire le bain, étendre une lessive pendant que les enfants hurlent; le plus souvent parce qu’ils sont fatigués, qu’ils se battent pour le même jouet (alors qu’il y en a 50 autres dans la maison) ou parce qu’ils veulent désespérément que je leur lise une histoire. Je fais de mon mieux pour les faire participer aux tâches du quotidien mais autant dire qu’avec 2 enfants de 2 et 4 ans l’efficacité n’est pas au rendez vous.

Aussi, après 15 années passées à travailler dans de grandes multinationales, je me lasse d’avoir à mettre un masque le matin pour affronter les « reviews » en tout genre (budget, country, operational, performance, commercial, talent… in english please) et les jeux politiques associés.

Alors aujourd’hui, je rêve de sortir de ce système et que mon homme me suive afin que nous puissions passer à autre chose et surtout ne pas travailler jusqu’à 70 ans dans un environment peu favorable aux seniors.

La découverte du concept de l’indépendance financière a changé ma vision de l’avenir. Si nous arrivons à optimiser nos dépenses, et finalement revenir à un mode de vie modeste proche de celui de mes parents, nous pourrions avoir mis suffisamment d’argent de coté pour arrêter de travailler dans un peu plus de 10 ans. D’ici là, certes nos enfants auront grandi, mais j’ai la naïveté de penser que je les intéresserai toujours.

Je suis consciente qu’atteindre l’indépendance financière n’est pas possible pour tous. Tout le monde n’a pas la chance d’être bien né. Je n’ai pas été épargnée par la vie mais ma boîte à outils était suffisamment bien équipée et mes options suffisamment ouvertes (merci Papa) pour que je retombe sur mes pattes et que je continue d’avancer.

Ce blog est l’histoire du parcours de ma famille vers l’indépendance financière et le rêve d’une vie différente.

mrs cat's eye

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *